Tag Archives: liseuse

  • Quand le livre devient numérique…

    La numérisation du livre interroge nos pratiques… Comment lisons-nous ? Comment lirons-nous ? Sur des liseuses, sur des tablettes numériques ? Pour le loisir ? Pour le travail ? Les fabricants de matériels et les distributeurs de livres numériques veillent à proposer des réponses à tous nos comportements. Quelles pratiques en pédagogie ? Ce dossier du CRDP de Franche-Comté dossier explore quelques pistes.

    Lien : site

  • Le Labo BnF vous propose de faire le point sur les derniers supports de lecture numérique

     

    Le Labo BnF vous propose de faire le point sur les derniers supports de lecture numérique, sur la technologie du papier électronique et sur le format ePub en testant de nouvelles liseuses qui vous permettront de redécouvrir certains classiques de la littérature, dont des œuvres de Jules Verne, George Sand, Honoré de Balzac ou encore Jonathan Swift, disponibles également sur Gallica.

    Lien : site

  • Littérature en ligne

    « Savoirs CDI » a mis en ligne une liste de sites proposant l’accès à des textes littéraires (texte intégral) au format numérique.

    Cette « sélection de sites spécialisés et de moteurs dédiés réalisée par Jean-Luc WOIRGARD » vous sera certainement très utile pour illustrer vos cours (TNI) ou pour « alimenter [vos] liseuses, et autres tablettes numériques ».

    En savoir plus :
    Consulter la liste

  • L’encre électronique passe à la couleur

    La société E-Ink, spécialisée dans le papier électronique (fournisseur pour le Reader de Sony ou encore le Kindle d’Amazon), a dévoilé une nouvelle méthode permettant l’affichage  d’encre électronique en couleurs. La technologie utilisée, baptisée Triton, sera présentée au salon FPD Trade Show de Tokyo en avril prochain et sera intégrée dans la prochaine liseuse du fabricant chinois Hanvon dès 2011.

    Ce procédé va permettre aux liseuses de rattraper en partie le retard qu’elles ont sur les nouvelles tablettes comme l’iPad. Mais cette nouvelle technologie ne permettra pas pour autant d’afficher des vidéos.

    Le fonctionnement de l’encre électronique monochrome se caractérise par des micro-capsules sphériques contenant deux pigments: un noir (face sombre) et un blanc (face réfléchissante). L’avantage principal de cette technologie réside dans sa consommation électrique: une fois l’image affichée, aucune alimentation n’est nécessaire pour que l’affichage reste visible, l’éclairage ambiant est utilisé. C’est pourquoi elles présentent une autonomie très agréable de plusieurs semaines.

    La nouveauté présentée par E-Ink utilise un filtre de couleurs qui permet ainsi d’aller au-delà des 16 niveaux de gris jusque-là affichés. Ce filtre intègre un damier à trois couleurs (rouge vert et bleu). Il reste cependant difficile d’y faire afficher des vidéos: l’encre électronique reste principalement adaptée aux textes ou images fixes (photos, graphiques, illustrations). Cet affichage serait 20 % plus rapide que les encres E-Ink actuellement utilisées.

    Une liseuse utilisant l’affichage en couleur est déjà proposée par Barnes & Noble. Le premier lecteur utilisant la technologie Triton sera commercialisé en Chine en mars prochain par Hanvon, pour un montant de 440 dollars (soit un peu plus de 320 euros). Cette liseuse intègrera une connectivité Wi-Fi et 3G. D’après le cabinet d’études DisplaySearch, les liseuses devraient générer des revenus allant jusqu’à 9,6 milliards de dollars (contre 431 millions de dollars actuellement).

    Source de l’article : Techno-sciences.net

  • Quels usages du livre électronique dans les apprentissages ?

    L’Agence des Usages TICE publie un article traitant de la « définition du concept de livre électronique », et présentant les « résultats d’études récentes sur ses usages à l’université et à l’école primaire ».

    L’article s’intéresse au « choix du support de lecture de ces livres », choix qui est très important car « il détermine les conditions de lecture » mais aussi au « choix du contenu [qui] l’est tout autant chez les jeunes enfants pour lesquels la qualité de présentation de l’histoire et de ce qui l’entoure a un impact sur leur apprentissage de la lecture. »

    En savoir plus :
    Consulter l’article

  • Chapitre.com et France Loisirs lancent l’Oyo, leur liseuse numérique

    En même temps que la Fac et son Fnacbook, Chapitre.com et France Loisirs lancent un lecteur numérique concurrent, l’Oyo, avec l’appui du premier libraire allemand, Thelia. Le marché du livre numérique est désormais bien ouvert, de nombreux lecteurs à encre électronique se font la guerre autour du grand roi du secteur : le Kindle d’Amazon.

    8 000 pages d’autonomie
    L’Oyo intègre un écran de 6 pouces de diagonale, qui permettra une lecture en mode portrait ou paysage. Pas de définition ni d’autonomie, on parle ici d’encre électronique. L’affichage est donc monochrome (16 nuances de gris), mais très précis et sans rétroéclairage. Cette technologie consomme de l’énergie uniquement lorsque les pages changent. L’autonomie de l’Oyo est donc annoncée en nombre de pages affichées : 8 000, de quoi tenir un bon voyage plongé dans les livres.

    La mémoire flash interne du lecteur offre 2 Go de capacité, de quoi stocker environ 1 500 livres. Les dévoreurs de pages pourront ajouter une carte mémoire MicroSD, pour étoffer leur collection. Sa connexion Wi-Fi permettra d’acheter directement des livres sur la bibliothèque numérique en ligne Chapitre.com. Le lecteur est compatible avec les formats PDF, Epub, Text et Word. L’Oyo pèse 240 grammes, mesure 1,1 cm d’épaisseur et coûtera 149 euros.

    Source : www.01net.com

  • Amazon et Barnes & Noble baissent les prix de leurs liseuses

    Selon l’AFP, « Amazon et le libraire américain Barnes & Noble, qui vendent des tablettes de lecture concurrentes [respectivement le Kindle et le Nook], ont annoncé lundi des baisses de prix de leurs appareils, qui souffrent de la concurrence de la tablette multimédia iPad d’Apple. »

    En effet, « Doté d’un écran tactile couleur, l’iPad permet de lire des livres électroniques grâce à l’application iBooks conçue par Apple ou à l’application Kindle conçue par Amazon, mais aussi de surfer sur internet, de regarder des vidéos etc… En revanche l’écran en noir et blanc et sans brillance du Kindle et du Nook n’est destiné qu’à la lecture. »

    Les premiers effets de la concurrence commencent donc à se faire sentir.
    Cette baisse de prix des liseuses, appelées aussi livres électroniques, associée à l’élargissement de l’offre « contenu numérique » (manuels scolaires numériques, dictionnaires, œuvres littéraires, contenus multimédia,…), favorisera certainement l’apparition de cet outil à l’école.

    En savoir plus :
    Consulter la dépèche AFP

    Sources article et photos : AFP